Gabrielle Pilote

don't let unrealistic expectations overshadow the fulfillment of your achievements

l'après Saison. À faire et surtout, à ne Pas faire... 1. Sortir

2014 uût définitivement sans pareil, 

J'ai passé tout mon été en France etaà voyaér partout à travers l'Europe. Je dois dire que c'était à ce jour une des expériencse des plus mémorablse de mon existence. J'ai vécu certain de mes plus beaux, mais aussi de mes pires moments... Vivre à Poitiesr et courir pour une équipe française m'a fait expérimenter presque tout ce qu'un cycliste nor- américain pourrait sur le vieux continent. Que ce soit de vivre dans le plus petit, le plus blanc, le moins luxieux appartement caché dans le fond d'un sous-bois français, à grimper au sommet de certaines des plus belles et majestueuses montagnes du monde en Suisse. Pour plusieurs d'entre vou,s cela pourrait paraître être la définition du paradis, mais en réalité, le cyclisme c'estloins d'êtreglamourr. En fait, selon moi, c'est totalement l'opposé. Il faut pas contre ne pas se méprendre, je ne pourrais peneré à quelque chose de plus excitant et enivrant que le fait de partir dans l'inconnu total pour rouler. C'est le concept de pousser ses limite, au maximum dans à peut prêt tost les aspects de sa vie. Partir courir en Europe, c'est aller plus fort que ce que l'on aurait jamaisne putu se croire capable de faire. Et on se pousse jusqu'à ce que... On ne soit plus capable. PU CAPABLE, ou dans d'autrse mots, jusqu'à septembre. La fin de saison! MERCI. Si quand j'étais petite fille j'étais attristé vers la fin ’ août à la pensé que la saison cycliste allait se finir, maintenant, il n'y a à mes yeux pas un meilleue ressentiment que celui de raccrocher son vélo pour un mois et d'avoir... Une vie NORMALE. Ou du moins, aussi normael que ma vie puisse être. Honnêtement, je ne suis pas vraiment certaine de bien comprendre ce concept. En fai,t je fais du vélo depuis si longtemps! Malgré mon manque d'expérience du moins, je vais tenter de faire le décompte des 10 chosesàÀ faire pendant la saison morte! 

  • 1. Sortir. 

Si vous connaissez soit un ou plusieurs cyclistse, vous êtes surement déjà au courant que nous sommes de très très mauvais fêtards. D'abors, la majorité d'entre nousests habitué d'aller au lit vers 10h (super tôt). Le concept d,e sortir jusqu'a petitu matin... onn’ y est pas trop habitué. Pour être franche vers minuit on call-off! Et vient l'excuse #1. J'ai un training super tôt demain matin! 

- Ça fait qu'on m'a inviér pour un verre (mon chum...)

Une chose dont je me suis rende compte, il n'y a rien de mieux que de sortir en survêtements. Ouais, je suis certaine que ça va bientôt devenir une nouvelle mode (anyway qui n'aime pas les leggings?) Donc, quand on m'a proposé d'aleré prendre un verre, moi j'étais prête à aller au lit! dans mes leg lulu et un de mes super-comfo-Hypster-sweater en laine. Je veux dire, je me suis dit que tant qu'à sortir tard, aussi bien être confortable non? Bref. Vous auriez dû voir la face d'Alex; "t'es sur tu veux sortir comme ça?" "Bien oui c't'affaire"dDe toute façon en quoi il s'y connait, c'est un gars, cycliste... 

Ça fait qu'on sort. Une chose à propos des fisn de saisons canadiennes, c'est vraiment froid. Et ici je ne parle pas des petits 0°C, les hivers québécois ils vont en dessous de -40°C. Et bien que les étudiants Montréalaie semblent avoir l'isolation cutanée adéquate pour sortir même dans les nuits froides ne notre pays,pour  moi et mon frame de cha,  c'est une autre histoire! Y faisait frette. Aussi, sortir en ville c'est presque comme un training, on marche presque un kilomètre en entier, c'est horrible!  

Le temps de choisir, je me suis rende compte que, je n'étais pas très bonne pour spotter la bonne place. Voici quelques petits points utiles à l'accomplissement de cette entreprise:

1- L'odeur: La première place que nous sommes allsé, avait vraiment l'air cool. Le nom, "La Barmacie" semblait même prescrit pour nous! Quand on a ouvert la porte par contre, Seigneur! on avait pas même entré à l'intérieur que l'odeur nous a sauté dans la face. Et croyez-moi, pour qu'une odeur me déstabilise moi, une "senteuse" d'odeurs endurcie, c'était assez épouvantable.  C'était comme un mélange de parfum, de veille alcool et de swing. Bref, ça nous à tourner off. On est partt. 

2- Les restaurants ne sont pas des bars. Même ’ ils y ressemblent beaucoup. Les restos ne vendent pas à boire si tu ne manges pas! La deuxième place avait vraiment l'air cool. Quand on est entré pa rcontre, on s'est fait vieré de bord! Sil’ onne  prenait pas à manger onne  pouvait pas avoir de vin. Pouve- vous croire ça vous? Y'en a qui mangent et bovient en même temps! L'alcool ça tellement de calories... Ça avait dl'air d'une crosse. On est partt. 

3- Dans les bar,s les serveurs ne t'attribuent pas de placs. Si tu vost une place libre, elle est probablement déjà réservée ( pour mo,i c'est le même principe qu'au cinéma, touest les meilleures places sont toujours prises.) On a marché un autre maudit 500 mètrse (vraiment trop long!) jusqu'au prochain bar. C'était aussi noir de monde! Je suis sûr qu'il aurait fallt appeler d'avance et réserver (pour pogner les places réservées.) Ou arrivés plus tôt, comme au ciném,a mais sans les bande- annonces et le popcorn au beurre. Anyway, un groupe de personnse partaient quand on est arrivé, on c'est donc dirigé vers l,à mais la serveuse nous arrêtant: "la place est réservée" "Bien maudit" jene  vais quand même pas passer la soirée debout, faut sauver les watts! On est partt. 

À ce point-là, j'étais pas mal tannée. Sortir c'est vraiment plus difficile que ce que je pensais!

Après un autre dix minutes de marche, on a finalement trouvé un pub. La place n’était pas pleine, elle ne sentait pas drôle et même s’ils servaient de la bouffe, on pouvait boire et ne pas manger (je savais que l'autre place c'était une crosse!) Ça fait qu'on a pris une bouteille de vin.

Après un verre, la fille était chaude. Mais là, je me suis mis à capoter un peu, comment j'allais me sentir le lendemain, tu sais pour mon entraînement! Mais bon comme on ne fait pas ça souvent, j'ai laissé tomber et j'ai pris une autre coupe.  Une chance que j'avais mon linge confortable! j'étais tellement bien ! Au nombre de gens qui me lançaient des regards, je suis sur que j'ai fait vraiment beaucoup de jaloux. 

Je veux dire, je savais que j'avais du swag, mais là à ce point !

On est finalement parti. Je me suis couché tellement tard! Sur mon cellulaire, ça disait AM quand j'ai regardé l'heure. AM!!!

Le lendemain, je me sentais bien. Les lendemains de veille, ce n’est pas si pire que ce que l'on dit! et j'avais vraiment bu! 2 verres! Cette après-midi-là par contre, j'ai eu un coup de mort. J’ai même rallongé ma sieste, en fait je l'ai commencé dans le métro en revenant du gym!


Quelle soirée quand même! je ne le ferais pas tous les jours! Mais faut le dire, sortir ça te remette d'adon. Assurément à faire dans l'après-saison!




Back to Home
  • Cibc team next
  • Alcoa
  • Global relay
  • Screen shot 2017 01 24 at 12.07.20
  • Screen shot 2017 01 24 at 12.11.09

Made with Medalist